• 483.000 entrées par an à la Bfm

  • 58.000 spectateurs par an à l’Opéra

  • 75 000 spectateurs par an dans les centres culturels

Lire à Limoges


Envoyer à un ami


Avec plus de 30 ans d’existence, la manifestation « Lire à Limoges » est solidement ancrée dans le paysage culturel local. Classée dans le top 5 des manifestations littéraires par Livre Hebdo, cette Fête du livre à caractère généraliste met chaque année à l’honneur l’actualité littéraire et propose des temps forts accès sur des rencontres avec les auteurs, des spectacles, des expositions, des animations dédiées à la jeunesse et décerne à ce jour 6 prix littéraires.

 

 

 


Téléchargez :

Demande de participation auteur

Demande de stand

L'historique du salon


 

Envoyer à un ami


Président invité de Lire à Limoges 2018 : Dany Laferrière

 

Originaire de Port-au-Prince, Dany Laferrière est un intellectuel, écrivain et scénariste résidant à Montréal, au Québec. Récompensées à de nombreuses reprises, ses oeuvres sont traduites dans plusieurs langues et certaines, adaptées au cinéma (Le Goût des jeunes filles, Comment conquérir l’Amérique en une seule nuit, Vers le Sud). Il signe également destextes de littérature jeunesse : Je suis fou de Vava ainsi que La fête des morts, illustrés par Frédéric Normandin aux éditions La Bagnole.
Lauréat du prix Médicis en 2009 avec L’Énigme du retour (Grasset), il est élu à l’Académie française le 12 décembre 2013 au fauteuil d’Hector Bianciotti (2e fauteuil).

 

Prochain roman à paraître le 28 mars 2018 Autoportrait de Paris avec chat, aux éditions Grasset



Voici le roman le plus singulier de Dany Laferrière : un roman dessiné et écrit à la main ; comme tous les précédents. Mais dans cet Autoportrait de Paris avec chat, son écriture est reproduite en même temps que ses dessins, dans ce volume de grand format et de grande ambition.

Le narrateur, un grand rêveur, arrive dans la ville la plus réaliste du monde. Il en fait la découverte et nous avec lui, remontant ses rues et le temps à la rencontre de ceux qui ont fait sa gloire. […] Paris se nourrit aussi des étrangers qui cessent d’en être dès qu’ils l’aiment et contribuent à faire ce qu’il est. Et
voici donc Hemingway, et voici donc Noureev, et voici donc Apollinaire… Et puis il y a Chanana. Qui est cette mystérieuse chatte en manteau rose qui arrive chez le narrateur à minuit ?

Envoyer à un ami


Autour du président Dany Laferrière, l’édition 2018 de “Lire à Limoges” a élu cette année douze invités d’honneur qui incarnent l’art et l’esprit de “Lire à Limoges” :


Jean DUFAUX



Jean Dufaux est l'auteur d‘une oeuvre importante comprenant près de 200 titres, une oeuvre originale, à l'écart des modes, plus complexe qu'il n'y paraît : "Complainte des landes perdues, Double masque, Murena, Rapaces, Djinn, Croisades, Barracuda, Sortilèges, Loup de Pluie, Le Bois des vierges, Conquistador, ..." Le monde de Jean Dufaux s'orchestre autour de quelques thèmes récurrents qui structurent ses récits : le pouvoir et la folie, la solitude et ses miroirs, les égarements du temps, les blessures du passé.

 



Caryl FEREY

 

 


Caryl Férey s’est fait connaître en 2008 avec Zulu, récompensé entre autres par le Grand Prix de Littérature Policière, le prix Quais du Polar / 20 minutes, le prix des lectrices de ELLE, et adapté au cinéma en 2013. Avec Mapuche et Condor, il a emmené ses héros partager les turpitudes du continent sud-américain.
Mais entre deux voyages, c’est en Bretagne qu’il vient se ressourcer en compagnie du tonitruant Mc Cash.

 

 

 



Timothée DE FOMBELLE

 



 



Timothée de Fombelle a 44 ans. Il est dramaturge et l’un des plus importants romanciers contemporains pour la jeunesse. Ses romans ont connu un succès mondial, et ont été traduit dans une trentaine de langues. Avec Neverland, il signe, pour la première fois, un livre pour les adultes.

 

 

 

 

 

Michel GUERARD

 




Né en 1933, Michel Guérard souhaitait s’engager dans des études de médecine, mais la conjoncture de sortie de guerre en décide autrement. Il devient donc apprenti pâtissier, en 1950, chez Kléber Alix, traiteur à Mantes-la-Jolie. Nommé chef pâtissier de l’Hôtel de Crillon, à Paris, en 1956, il devient deux ans plus tard Meilleur Ouvrier de France (M.O.F. Pâtisserie) à 25 ans.

 

 

 

 

 

 

Yasmina KHADRA

 





Yasmina Khadra est l'auteur à succès de romans et de polars. Cet auteur qui aime tant écrire à la première personne s'ouvre ici sur une passion personnelle qui le ramène à ses origines familiales : le désert.
Né aux portes du désert en Algérie, Yasmina Khadra éprouve toujours le besoin de s'y ressourcer. C'est ainsi qu'en échangeant avec Lassaâd Metoui, artiste tunisien né lui aussi dans le désert, leur est venue l'idée de ce livre. Une échappée belle dans ce monde du silence, empreint de tant de mystères.

 

 

 

 

Léonora MIANO






Léonora Miano est écrivain. Elle a notamment reçu le Prix Goncourt des lycéens pour Contours du jour qui vient (Plon, 2006) et le Prix Fémina pour La saison de l’ombre (Grasset, 2013). Marianne et le garçon noir comprend les contributions de : Akua Naru, Amzat Boukari-Yabara, D’ de Kabal, Elom20ce, Insa Sané, Michaëlla Danjé, Nathalie Etoke, Wilfried N’Sondé, Yann Gael.

 

 

 

 

Alexandre NAJJAR

 




Né à Beyrouth en 1967, Alexandre Najjar est l'auteur de trente livres traduits dans une dizaine de langues, dont Kadicha, Le Roman de Beyrouth et le Dictionnaire amoureux du Liban (Plon, 2011, 2005 et 2014). Figure importante de la culture au Liban, responsable du supplément de L'Orient Littéraire, il a obtenu plusieurs prix, dont la bourse de l'écrivain de la Fondation Lagardère, le prix Méditerranée et le prix Hervé Deluen de l'Académie française pour son action en faveur de la francophonie.

 

 

 

 

Tatiana DE ROSNAY

 





Tatiana de Rosnay est franco-anglaise. Elle est l’auteur de onze romans, dont Elle s’appelait Sarah (2007), best-seller international vendu à plus de 11 millions d’exemplaires, Boomerang (2009) et À l’encre russe (2013). Nombre de ses livres ont été adaptés au cinéma avec des castings prestigieux (Kristin Scott Thomas pour Elle s’appelait Sarah, Laurent Lafitte et Mélanie Laurent pour Boomerang, Nathalie Baye et Emmanuelle Devos pour Moka). Manderley for ever, sa biographie de Daphne du Maurier, s’est vendue à plus de 150 000 exemplaires.

 

 

 

Eve RUGGIERI

 

DERNIERE MINUTE

PRESENCE ANNULEE

 

Ève Ruggieri est une animatrice et productrice de radio et de télévision, pour lesquelles elle a longtemps animé des émissions telles que « Ève raconte » (France Inter, 1979-1988) ou « Musiques au coeur » (France 2, 1989-2009). Depuis 2009, elle présente « Ève Ruggieri raconte… », du lundi au vendredi à 9h05 sur Radio Classique. Elle est également productrice de festivals d’opéras comme Le festival de Lacoste avec Pierre Cardin, ou encore le festival d’Antibes.

 

 

 

 

Christian SIGNOL


 



Des grandes sagas populaires (La Rivière Espérance) aux œuvres plus intimistes (La Grande Ile) ou inspirées par la vie de ses aïeux (C’était nos familles), Christian Signol est un maître de la littérature populaire de qualité, un conteur hors pair dont le succès ne se dément pas : il est un des auteurs préférés des français.

 

 

 

 

 

Jean TEULE

 

Jean Teulé est l’auteur d’une quinzaine de romans, tous publiés chez Julliard, parmi lesquels, Je, François Villon (prix du récit biographique) ; Le Magasin des suicides (traduit en dix-neuf langues), adapté en 2012 par Patrice Leconte ; Darling, également porté sur les écrans avec Marina Foïs et Guillaume Canet ; Mangez-le si vous voulez  et Charly 9, tous deux adaptés au théâtre ; Les lois de la gravité, déjà adapté au cinéma en 2013 sous le titre Arrêtez-moi !, et joué au Théâtre Hébertot ; Le Montespan (prix Maison de la presse et grand prix Palatine du roman historique), également en cours d’adaptation cinématographique ; Fleur de tonnerre, adapté par Stéphanie Pillonca Kervern, sorti en salles en 2016.

 

 

Envoyer à un ami


Prix Régine Deforges

Huit premiers romans sont en lice pour la 3e édition du prix Régine Deforges initié en 2016 par la Ville avec les enfants de l’auteur, Camille Deforges-Pauvert, Léa Wiazemsky et Franck spengler, également membres du jury cette année aux côtés de Grégoire Delacourt, David Foenkinos, Daniel, Picouly, Agnès Martin-Lugand, Serge Joncour, Julie Bonnie, Marina Carrère d’Encausse, Noëlle Châtelet et Éric Portais, pour désigner le lauréat.
Le comité de lecture piloté par la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges a sélectionné les huit premiers ouvrages pour ce troisième opus : Le Courage qu'il faut aux rivières d’Emmanuelle Favier (Albin Michel) ; Petites Reines de Jimmy Levy (Cherche midi) ; La Fin de Mame Baby de Gaël Octavia (Gallimard) ; Et soudain, la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent (Les Escales) ; Neverland de Timothée De Fombelle (L'iconolaste) ; Ostwald de Thomas Flahaut (L'Olivier) ; Grand Frère de Mahir Guven (Philippe Rey) ; La Fille du van de Ludovic Ninet (Serge Safran).

Le jury réuni à Paris le mardi 3 avril a décerné le prix Régine Deforges 2018 à Mahir Guven pour son roman "Grand frère" aux éditions Philippe Rey. La remise du prix aura lieu le vendredi 27 avril, à 19 heures pendant le salon.


Les précédents lauréats :

2017 :  Hiver à Sokcho d'Elisa Shua Dusapin  (Zoé)
2016 : La petite barbare d'Astrid Manfredi (Belfond)

 

Prix Coup de Cœur Jeunesse

C’est en 2005 que le prix Coup de Cœur Jeunesse est créé. Il rassemble un jury de 2 classes issues du cycle III (6ème et CM2) qui choisissent un lauréat parmi une sélection de 3 ouvrages élaborée par le pôle jeunesse de la Bibliothèque Francophone Multimédia.
Les ouvrages sélectionnés pour cette édition 2018 sont : Nos cœurs tordus de Manu Causse (Bayard Jeunesse), Les saisons de Peter Pan de Christophe Mauri (Gallimard Jeunesse) et Robêêrt de Jean-Luc Formental (Hélium).

Lauréat 2018 : Manu Causse pour "Nos coeurs tordus" (éditions Bayard jeunesse)

Rappel du lauréat 2017 : Yanabosse et le Brahima-shatam-Ô-boktatou de Yann RAMBAUD  (Hachette roman)

 

Prix Jean-Claude Izzo

Le prix Jean-Claude IZZO a été créé en 2002 en hommage à l’écrivain marseillais, régulièrement invité à Lire à Limoges jusqu’à sa disparition en 2000.
Attribué par un jury de lycéens, ce prix récompense un ouvrage de la littérature jeune adulte.
Une sélection de titres est proposée par les bibliothécaires de la Bfm, cette année le choix est arrêté sur 3 ouvrages : Fani de Christophe Léon (Oskar), Trois filles en colère d’Isabelle Pandazopoulos (Gallimard Jeunesse) et Gloria de Martine Pouchain (Sarbacane).

Lauréat 2018 : Isabelle Pandazopoulos pour "Trois filles en colère" (éditions Gallimard Scripto)

Rappel du lauréat 2017 : Les fragiles de Cécile ROUMIGUIERE  (Sarbacane)

 

Prix des écoles du Val de l’Aurence

En 2014, les écoles d’un quartier prioritaire se sont mobilisées pour créer le « prix des écoles du Val de l’Aurence ». Chacun des 3 premiers cycles scolaires est représenté et doit choisir un lauréat parmi 4 ouvrages de littérature jeunesse sélectionnés.
Cette année, à l’occasion de Lire à Limoges,  plus de 1 600 élèves des 3 cycles et 60 enseignants se sont réunis pour participer au prix et échanger avec les auteurs en lice (lecture et travail en amont).

Lauréats 2018 :
Cycle 1 : Anne-Margot Ramstein, Matthias Aregui pour "Avant, après" et Emilie Vast pour "Couac"
Cycle 2 : Fanny Ducassé pour "Louve"
Cycle 3 : Gwladys Constant pour "Philibert Merlin"


Rappel des lauréats 2017 :
Cycle 1  Poisson chat de Thierry DEDIEU (Seuil)
Cycle 2 Matcha d'Eva OFFREDO  (La Joie de lire)
Cycle 3  Malala pour le droit des filles à l’éducation de Raphaële FRIER (Rue du monde)

 

Prix BD

Créé en 1990, un jury composé de professionnels du monde de la BD (auteurs, libraires et spécialistes BD) sélectionne un lauréat parmi 4 à 5 ouvrages de type roman graphique, manga, comics ou franco-belge.

Lauréat 2018 : Timothé Le Boucher pour "Ces jours qui disparaissent" (éditions Glénat)

Rappel du lauréat 2017 : La suite de Skolem de Marek et JF Kierzkowski (Pirates)

 

Les rencontres des différents jurys avec les auteurs sélectionnés et la remise des quatre prix littéraires aux lauréats auront lieu le vendredi 27 après-midi sous le chapiteau du Champ de Juillet.

 

Téléchargez la liste complète des lauréats

Envoyer à un ami


NB : PAGE DESTINEE AUX ENSEIGNANTS

Limoges philosophe ! Masterclass avec Fabienne Brugère
LIRE A LIMOGES 2019

 

 

Vous trouverez dans ce document :
· Contexte et informations pratiques
· Présentation de la philosophe
· Les travaux de Fabienne Brugère
· Notes support « Education Nationale » et « Philosophie Magazine » à destination des enseignants pour participer à Limoges philosophe !

 

Contexte et informations pratiques

Le vendredi 3 mai à 14h00 à l’Opéra de Limoges : une masterclass de philosophie à l'attention de tous les lycéens et plus particulièrement des futurs bacheliers pour préparer leur épreuve de philosophie.
La thématique de cette 5ème édition est l’Hospitalité (notions de sujet, désir, autrui, devoir, justice et loi, morale, accueil, hostilité, confiance, intégration, exclusion…).
La fin de l’hospitalité, Fabienne Brugère et Guillaume Leblanc, Flammarion, 2017.

Les classes intéressées ont la possibilité soit d’assister simplement à la rencontre, soit d’être également partie prenante en travaillant en amont aux productions – individuelles ou collectives- qui pourront venir appuyer l’intervention de la philosophe. Les productions pourront prendre la forme :
· soit d'un essai ou d’un dialogue platonicien (3 pages maximum)
· soit d'une production libre (supports littéraires (essai, poésie…) plastiques, audiovisuels…)

Les places situées à l'orchestre seront réservées de manière privilégiée aux classes inscrites.

Les travaux devront être adressés au plus tard le 25 mars 2019 à la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Limoges : pour tout renseignement : natacha_debrauwer@ville-limoges.fr ou 05 55 45 93 79

 

La philosophe

 

Fabienne Brugère est Professeure de philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis depuis septembre 2014. Elle est directrice de l’équipe d’accueil LLCP à l’Université de Paris 8, de la collection «Diagnostics » aux éditions du Bord de l’eau (en collaboration avec Guillaume le Blanc), membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Elle a dispensé également des cours dans les Universités de Hambourg, Munich et Québec. Elle travaille sur la philosophie de l’art, sur la philosophie morale et politique (le féminisme, la démocratie et les nouveaux partages du privé et du public). Elle a publié de nombreux ouvrages, dont ces dernières années : Le sexe de la sollicitude, Seuil, 2008 ; Philosophie de l’art, PUF, 2010 ; L’éthique du care, PUF, 2011 ; Faut-il se révolter ?, Bayard, 2012. Elle a dirigé ou codirigé de nombreux livres sur Spinoza, Foucault, Judith Butler, le libéralisme, l’oeuvre d’art. Dernièrement, elle a publié, avec Guillaume le Blanc, un Dictionnaire politique à l’usage des gouvernés, Bayard, 2012. Elle a publié en octobre 2013, au Seuil, La République des idées, La politique de l’individu.

 

Les travaux de Fabienne Brugère sont structurés par deux axes.

1/ Ils portent sur la philosophie de l’art : constitution d’un espace public par l’art à partir du XVIIIème siècle et des Lumières. La liberté et la possibilité de l’émancipation sont alors des concepts que l’on peut analyser à travers des pratiques artistiques et leur réception par un public (souvent au début sur le mode du conflit
ou du dissensus). Ces analyses sont faites à partir des Lumières anglaises et allemandes, des philosophies de Michel Foucault et de Jacques Rancière.

2/ Ils portent sur le féminisme et le genre, les nouveaux partages du public et du privé en démocratie : le concept de « genre » a été analysé à partir des partages posés par la morale. La morale a un genre et les femmes sont assignées à la « sollicitude ». Valoriser une éthique féministe revient alors à promouvoir le projet d’une reconnaissance de l’éthique du care (du « prendre soin ») contre l’omniprésence de l’éthique abstraite de la justice. Cette reconnaissance pose de nouveaux agencements des vies privées et publiques, et reprend le  message féministe : le privé est politique. Dans la lignée, d’une éthique du care, il s’avère nécessaire de promouvoir une politique du care tout en élaborant aussi ses limites. La finalité est de renouer toujours avec le concept d’émancipation comme expérience démocratique : quelle émancipation des femmes les études de genre peuvent – elles permettre de promouvoir ? La subversion du féminisme selon Judith Butler est un outil conceptuel intéressant, la démocratie radicale telle que pensée par Nancy Fraser, Mouffe et Laclau également. Le travail sur l’éthique du care est prolongé depuis deux ans par une réflexion sur les sens éthique et politique de l’hospitalité au moment où l’Europe traverse une crise d’accueil des migrants venus d’Afrique et Moyen-Orient. Cette dernière réflexion se fait avec le philosophe Guillaume le
Blanc.

 

Notes support à destinations des enseignants pour participer à la masterclass :

 

L’Hospitalité - Joanne Théate, professeur de philosophie


CONTEXTE

"L'hospitalité convoque la réflexion philosophique depuis sa définition même, son étymologie (hostis : hôte/hostile) révélant d'emblée une ambiguïté et des contradictions que la réalité n'a de cesse de confirmer.

L'hôte désigne celui qui reçoit aussi bien que celui qui est accueilli, et cette confusion littérale ouvre déjà la porte à tous les fantasmes de l'hospitalité: qui veut prendre la place de l'autre? Qui est l'étranger de qui ?
Jusqu'où accueillir et rester ?
Cette notion, et les réalités morales, politiques et anthropologiques qu'elle recouvre, est la croisée des réflexions portant sur l'identité dans son rapport problématique à l'autre (que l'on parle d'identité individuelle ou collective), sur la question des limites (spatiales et temporelles, morales et juridiques) de l'hospitalité et des frontières, sur le problème de l'exclusion qui reste comme la condition paradoxale de tout accueil de l'autre (l'intégration ne relevant plus de l'hospitalité, puisqu'on accueille plus celui qui l'on a assimilé et rendu "même"), celui de la politique enfin dans sa dimension nationale et internationale, de la morale et de la justice -problème qui rejoint ici une actualité que l'on espérait moins brûlante. »


NOTIONS

Directement concernées par le thème de l'hospitalité (toutes sections confondues) : le sujet / le désir / autrui / le devoir / la justice et la loi / la morale / la-le politique / la société / l'État / le langage / la religion / les échanges …


MOTS CLEFS

accueil, care, hôte, hostilité, ouverture, tolérance, frontière, confiance/méfiance, étranger, identité/altérité, don, échange, intégration/exclusion, vertu/acte, espace/temps, absolu/relatif, identité/égalité/différence, légal/légitime…


BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE (en caractère gras les auteurs au programme de terminale)
Denis ALLAND et Catherine TEITGEN-COLLY, Traité du droit d'asile, PUF, 2002
Hannah ARENDT, Les origines du totalitarisme, Gallimard, 2002
Etienne BALIBAR, Droit de cité, Gallimard, 2002
Magalie BESSONE, "Le vocabulaire de l'hospitalité est-il républicain ?", Éthique publique vol.17, n°1, 2015, pp.1-12
Fabienne BRUGERE et Guillaume LE BLANC, La fin de l'hospitalité, Flammarion, 2017
Yves CUSSET, Prendre sa part de la misère du monde, Pour une philosophie politique de l'accueil, Les éditions de la Transparence, 2010
Jacques DERRIDA, Adieu - à Emmanuel Lévinas, Galilée, 1997; Cosmopolites de tous les pays, encore un effort !, Galilée, 1997
Jacques DERRIDA, (invité par Anne Dufourmantelle), De l'hospitalité, Calmann-Lévy, 1997
Anne GOTMAN, Le sens de l'hospitalité, Essai sur les fondements sociaux de l'accueil de l'autre, PUF, 2001
Daniel INNERARITY, Éthique de l'hospitalité, Presses de l'Université de Laval, 2009
Emmanuel LEVINAS, Totalité et infini essai sur l'extériorité, Biblio essais, 1990
Albert CAMUS, L'hôte dans L'exil et le royaume (1972), Folio-Gallimard, 2015
HOMERE, L'Odyssée
Edmond JABES, Le Livre de l'hospitalité, Gallimard, 1991
Emmanuel KANT, Vers la paix perpétuelle (1795), Paris, Vrin, 2007
Guillaume LE BLANC, Dedans, dehors. La condition de l'étranger, Seuil, 2010
Alain MONTANDON (dir.), Le livre de l'hospitalité, Accueil de l'étranger dans l'histoire des cultures, Bayard, 2004
PLATON, Le Sophiste, Le politique, Les Lois, Le Banquet…
John RAWLS, Théorie de la justice (1971), Seuil, 1987
Paul RICOEUR, Parcours de la reconnaissance, Gallimard, 2004 ; Soi-même comme un autre, Seuil, 1990 ; Sur la traduction, Bayard, 2004
Jean-Jacques ROUSSEAU, Émile, ou De l'éducation (1762), Flammarion, 2009
René SCHERER, Zeus hospitalier, Éloge de l'hospitalité, Armand Colin, 1993
Michael WALZER, Sphères de justice (1983), Seuil, 1997



L’Hospitalité



CONTEXTE

L’hospitalité est une notion qui semblait avoir disparu de notre univers éthique, reléguée aux pratiques des sociétés paysannes (tradition de l’accueil de l’errant, du voyageur de passage…) dont nous, sociétés urbanisées, avons perdu les codes, gestes ou rituels collectifs.

Dans le champ politique et juridique, l’hospitalité a été supplantée par l’idée de tolérance qui s’incarne en droits, notamment Droits de l’homme et du citoyen (depuis les guerres de religions des XVIe - XVIIe siècles avec l’Essai sur la tolérance de John Locke, les Lumières avec la cosmopolitique de Kant, jusqu’au « droit d’asile » de la conférence de Genève de 1951 et même aux différents droits des minorités d’aujourd’hui).

Dans le champ moral, elle peut se rattacher à ce qu’on appelle l’éthique du care, ou de la sollicitude (c’est ainsi que Fabienne Brugère préfère le traduire), qui réhabilite la valeur (féminine ?) d’un souci de l’Autre vulnérable, fondé sur les relations d’aide, de soin, de secours. L’on peut dire que la tolérance se réfère à la justice et le care à la relation.

L’hospitalité a été remise en débat, et en valeur, depuis la « crise des migrants » en Europe. Et elle peut être justement comprise au carrefour entre, d’une part, la question de la justice et du droit (le droit d’asile est-il enterré ? que serait une hospitalité d’État ?...) et d’autre part, de l’éthique de la relation (tous les gestes privés d’accueil ou d’aide aux migrants). C’est ainsi que la philosophe Fabienne Brugère l’articule.

HISTOIRE

Histoire du droit d’asile : migrations massives en Europe provoquées par les deux guerres mondiales, impérialismes, États-nations, modification des frontières, problème de l’apatridie, du passeport Nansen à la Convention de Genève…
Histoire de l’immigration en France et politiques d’accueil. Qui est l’étranger ? L’hospitalité cesse-t-elle avec l’acquisition de la nationalité française ?
L’Union européenne et la question des frontières : accords de Schengen, accords du Touquet, règlements de Dublin I, II, III…
Le camp de réfugiés : entre l’humanitaire et le sécuritaire. Est-ce une des formes modernes de l’hospitalité?


SOCIETES

Les traditions de l’hospitalité. Est-ce un trait culturel ?
Anthropologie : hospitalité comme échange, don et contre-don.
La question des identités.


LITTERATURE

Les littératures de l’exil : depuis L’Odyssée, jusqu’à Petit Pays, de Gaël FAYE (Prix Goncourt des lycéens 2017).
Et pourquoi pas quelques chansons : L’Auvergnat de Brassens, Le métèque de Moustaki …


ARTS PLASTIQUES

Traductions possibles du côté de l’imagination de la « ville hospitalière », du refuge, de la maison, des murs, des frontières. Ou bien le thème du mélange, du collage, du métissage…


BIBLIOGRAPHIE

Parutions récentes :
Michel AGIER (&all), Un Monde de Camps, La Découverte, 2014 ; La Jungle de Calais, PUF, 2018
Michel AGIER, L’Étranger qui vient. Repenser l’hospitalité/Le Seuil (parution 18 octobre 2018)
Benjamin BOUDOU, Politique de l’hospitalité, CNRS Éditions, 2017
Claire RODIER (et Catherine PORTEVIN), Migrants et réfugiés : réponses aux indécis, aux inquiets et aux
réticents, La Découverte (édition réactualisée à paraître fin octobre 2018).
Catherine WITHOM DE WENDEN, Atlas des migrations, Autrement : nouvelle édition 2018.
Régis DEBRAY, Éloge des frontières, Folio Gallimard, 2010

Récits sur les expériences d’hospitalité « ordinaire » auprès des migrants :
Isabelle COUTANT, Les Migrants en bas de chez soi, Le Seuil, 2018
Emilie de TURCKHEIM, Le Prince à la petite tasse, Stock, 2018
Marie-Françoise COLOMBANI et Damien ROUDEAU (dessins), Bienvenue à Calais. Les raisons de la colère,
Actes Sud, 2016


FILMOGRAPHIE

L’Émigrant, de Charlie CHAPLIN (1917)
America, America, d’Elia KAZAN (1963)
Pain et Chocolat, de Franco BRUSATI (1974)
Welcome, de Philippe LIORET (2009)
Le Havre, d’Aki KAURISMAKI (2011)
Terraferma, d’Emanuele CRIALESE (2012)
Fuocoammare, par-delà Lampedusa, de Gianfranco ROSI (2016)
De l’autre côté de l’espoir, d’Aki KAURISMAKI (2017)
L’héroïque lande : à Calais, la fin d’un monde, de Nicolas KLOTZ et Élisabeth PERCEVAL (2018)

Envoyer à un ami


NB : PAGE DESTINEE AUX ENSEIGNANTS

Rencontres / Masterclass avec les lycéens et universitaires
LIRE À LIMOGES 2019

 

 

Vous trouverez dans ce document :
· Contexte et informations pratiques
· Pour chaque auteur : thématique des rencontres, dernier ouvrage, biographie

 

Contexte et informations pratiques :

Des classes de lycées peuvent venir rencontrer un auteur de manière privilégiée et échanger avec lui autour de son oeuvre et d’une  thématique préétablie.


Les rencontres auront lieu le vendredi 3 mai sous le chapiteau de Lire à Limoges dans un lieu dédié pour l’occasion (les horaires vous seront communiqués ultérieurement).


Les élèves auront préparé la rencontre en listant des questions à poser à l’auteur ou en produisant des travaux qui pourront lui être remis en amont de la manifestation.


Pour tout renseignement concernant la construction de la rencontre : aurelie_murat@villelimoges.fr ou 05 55 45 62 05.

 

1/Rencontre avec Alain Jaspard

Alain Jaspard, Pleurer des rivières, éditions Héloïse d’Ormesson

--> Peut-on contourner la loi pour faire le bien ?

Dans Pleurer des rivières, Alain Jaspard s’intéresse au sentiment de détresse, au sein de différents milieux sociaux et à travers l’incroyable aventure de deux couples que tout oppose. Gitans et bourgeois se révèlent complices dans leur quête d’une vie meilleure et scellent un
pacte pour lequel ils ne pourront faire marche arrière.

Biographie d’Alain Jaspard
Alain Jaspard est un réalisateur né en 1940. Durant sa carrière, il a particulièrement travaillé sur l’adaptation de livres jeunesse en séries animées pour la télévision : Tom-Tom et Nana de Jacqueline Cohen et Bernadette Després, Le Proverbe de Marcel Aymé, etc. A l’occasion de la rentrée littéraire de septembre 2018 des éditions Héloïse d’Ormesson, il publie aujourd’hui son premier roman.

2/ Rencontre avec Gilles Marchand

Gilles Marchand, Des mirages plein les poches, (Nouvelles) Aux Forges de Vulcain

--> Rêver pour sortir de sa condition humaine
Un musicien de rue, un homme qui retrouve sa vie au fond d’une brocante, des chaussures qui courent vite, deux demi-truites, une petite lampe dans un couffin, le capitaine d’un bateau qui coule, la phobie d’un père pour les manèges, un matelas pneumatique... On ne sait jamais qui sont les héros des histoires de Gilles Marchand : objets et personnages se fondent, se confondent et se répondent chez cet auteur qui sait, comme nul autre, exprimer la magie du réel. Sous ses airs de fantaisiste, il raconte la profondeur de l’expérience humaine.

Biographie de Gilles Marchand
Gilles Marchand est né en 1976 à Bordeaux. Batteur dans un groupe de rock, il se tourne vers l'écriture de nouvelles en 2010. Son premier roman, Le Roman de Bolaño en 2015, est écrit en collaboration avec Éric Bonnargent, et suscite l'enthousiasme des libraires et des lecteurs du romancier Roberto Bolaño. C'est avec son premier roman solo qu'il rencontre un grand succès, Une bouche sans personne, qui est publié en 2016. D'abord sélectionné parmi les « Talents à suivre » par les libraires de Cultura, il remporte le prix Libr'à Nous, le Coup de coeur des lycéens du Prix Prince Pierre de Monaco en 2017 et le prix du meilleur roman francophone Points Seuil en 2018. Son deuxième roman, Un funambule sur le sable, publié en 2017, est un succès et impose cet écrivain original, qui mêle réalisme magique et humanisme, comme l'héritier de Boris Vian, Romain Gary et Georges Perec.

3/ Rencontre avec Manu Causse

Manu Causse, Oublier mon père, Denoël
--> A la recherche du père

Né en Aveyron dans les années 90, Alexandre a connu une enfance difficile. Fils unique d’une mère violente et tyrannique et d’un père disparu quand il avait huit ans, il développe des troubles mentaux et physiques. Anorexique, migraineux, épileptique, il enchaîne les pathologies, s’efforçant d’oublier son père, pour se plier aux injonctions de sa mère. Sa vie d’adulte est tout aussi chaotique que son enfance. Au gré de relations amoureuses aussi destructrices que formatrices, Alexandre rencontre trois femmes symboliques : une à l’image de sa propre mère, une à l’image de la mère qu’il n’a jamais eue et une à son image. Toutes ces relations sont vouées à l’échec. Un jour, il reçoit l’appel d’une inconnue : Johanna vit en Suède et lui annonce qu’elle a bien connu son père, qu’il a longtemps vécu en Suède et vient juste de mourir. Cet appel fait basculer la vie d’Alexandre. Il se rend en Suède et découvre que sa mère lui a menti toute sa vie : son père ne l’a pas abandonné, il a cherché à vivre pleinement. Alexandre renoue avec son père au-delà de la mort. De cette vérité qui éclate naît la guérison d’Alexandre. Après plus de trente ans à subir, il commence enfin à vivre. Un formidable roman sur la construction de l’identité masculine.

Biographie de Manu Causse
Né en région parisienne, Manu Causse a grandi dans l’Aveyron. Animateur culturel puis enseignant, il a quitté l’Éducation nationale il y a dix ans pour se consacrer à l’écriture et à la traduction. Depuis, il a écrit une quinzaine d’ouvrages, quatre romans bilingues et deux albums illustrés. Il vit à Toulouse avec sa compagne, écrivain elle aussi, et leurs enfants.

4/ Rencontre avec Sébastien Damour


Sébastien Damour, JF Kennedy, Editions Glénat.
--> « Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions. » John Fitzgerald Kennedy

--> Discussions autour de la création d’une BD historique – possibilité d’atelier BD

4 juin 1968, Los Angeles. La primaire du Parti Démocrate vient de s’achever. Alors qu’il attend les résultats du scrutin de Californie, Robert F. Kennedy, sénateur américain, s’entretient avec un journaliste pour parler de la dynastie Kennedy, et plus particulièrement du destin de son
frère, le président John Fitzgerald Kennedy, brutalement assassiné en 1963 à Dallas.
Par sa jeunesse, son charisme, les moments de l’Histoire qu’il a su incarner et sa fin tragique, JFK fait partie des leaders politiques qui sont entrés dans la légende. Construit en flashes-back successifs, cet album retrace tous les grands épisodes de sa carrière politique, dévoilant la
façon dont il a révolutionné l’utilisation de l’image présidentielle (omniprésence dans les médias), mais également son apport à la politique intérieure (lutte contre la ségrégation raciale, la pauvreté...) et extérieure (crises de Cuba, discours de Berlin) de son pays.

Biographie de Sébastien Damour
Sébastien Tessier dit Damour est né le 19 juillet 1972 à La Roche-sur-Yon en Vendée. Il dessine dès son plus jeune âge et s'initie à la BD dès neuf ans. Il entre à la Faculté d'Arts Plastiques de Bordeaux avec l'idée de devenir professeur de dessin.
Il rencontre les éditions Delcourt au FIBD d'Angoulême en 1994. Un projet cyber-punk avec Jean-Pierre Pécau au scénario voit le jour. La série Nash paraît sous le label Série B. Damour y révèle son attirance pour la S-F, fortement nourri par le Blade Runner de Ridley Scott.
Après 10 tomes de Nash, Damour s’engage (avec Rémi Guérin au scénario) dans une série de western réaliste aux éditions Glénat, qui évoquera les enquêtes et les agissements controversés de l’agence de détectives Pinkerton, à la fin du XIXe siècle aux États-Unis.
Il collabore aussi à la collection « Ils Ont Fait l’Histoire » en illustrant l’ouvrage sur Kennedy. Depuis, il travaille avec V. Brugeas sur la série à paraître La Cagoule, chez le même éditeur. Résidant à Bordeaux, il signe du pseudonyme Damour, non par coquetterie mais en clin d'oeil
au nom de jeune fille de sa mère.

Envoyer à un ami


Les 27, 28 et 29 avril 2018
Esplanade du champ de juillet

Vendredi de 9 h à 21 h
Samedi de 9 h à 19 h 30
Dimanche de 9 h à 19 h

Entrée libre


 

Accès :

En bus : Lignes 2, 6, D8, 10 et D 10, 20, 21, 22 (www.stcl.fr)
En train : gare des Bénédictins à proximité
Stationnement véhicules : partenariat avec le centre st martial
Les visiteurs du chapiteau pourront se garer
le vendredi et samedi au Centre St Martial gratuitement
pour une durée de 2 heures.
300 contre-marques sont réservées aux visiteurs de Lire à Limoges
sur présentation du ticket de stationnement à l’espace accueil du chapiteau.

Téléchargez le plan des places de stationnement PMR

 

Suivez Lire à Limoges en temps réel

Envoyer à un ami


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gallery

Plus de médias

Remise du p...
Image Detail
De 7 à 77 a...
Image Detail
Jeune lecte...
Image Detail
Vue d'ensem...
Image Detail

Chapiteau
Image Detail
Raphaël Ent...
Image Detail
Vue aérienn...
Image Detail
Nancy Husto...
Image Detail
Légendaires...
Image Detail
Séance dédi...
Image Detail


La ville de Limoges utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant, vous acceptez de recevoir les cookies sur les sites de la ville de Limoges.

En savoir plus